Québec Rhum: Démocratiser le rhum, l’ultime mission des pirates d’outremer



Publié le 19 novembre 2016

Publié par Annie Des Groseilliers

Catégorie Rencontre

English version

Notre correspondante au Canada, Annie Des Groseillers, s'est entretenue avec les garçons de chez Québec Rhum pour parler de leur parcour et de leurs projets futurs!

Rum Gazette: Québec Rhum c’est d’abord le résultat de la passion commune de trois Québécois, les pirates Maxime Fortier, Baptiste Gissinger et Mathieu Larochelle. En quelques lignes, pouvez-vous me résumer vos parcours individuels avant Québec Rhum et ce qui vous a amené au rhum.

Max : Au départ, de 2004 à 2009, pendant mes études, j’étais organisateur d’événements et de spectacles de musique ce qui m’a permis de développer mes aptitudes en gestion. Je suis aujourd’hui à l’emploi des deux plus importantes radios de Québec à titre de directeur de comptes depuis plus de 6 ans.

Mes premiers contacts avec le rhum remontent à loin, au départ comme plusieurs Québécois avec le « rhum & cola ». Puis, par curiosité j’ai découvert différentes marques et différents types de rhums en dégustation et j’ai accroché au point de vouloir en apprendre davantage. Le rhum est tellement riche tant au niveau de son histoire, de son identité, de ses méthodes de fabrication et de vieillissement et du marketing des marques.

Mat : À la base, j’étais et je suis toujours un amoureux de vins. J’ai lu, visité, appris, dégusté des centaines de vins. Devenu collectionneur de bonnes bouteilles, j’ai fait de belles importations pour remplir ma cave qui a déjà contenu plus de 600 unités. Le rhum était pour moi le spiritueux que je dégustais et consommais le plus lorsque je ne buvais pas de vin. Mais j’ai voulu en savoir plus sur le procédé de fabrication, les origines, l’histoire, les légendes. Je rapportais des bouteilles non disponibles à la SAQ lors de mes voyages, et je partageais mes découvertes et mes trouvailles avec mes amis. Le Rhum a tranquillement pris le dessus sur mes achats de vins pour prendre de plus en plus de place.

Baptiste :  Après un tour du monde en « packsac » de 4 ans je me suis installé au Québec il y a 12 ans. Suite à plusieurs années d'expérience en restauration, j'ai décidé d’ouvrir avec mon frère il y a 5 ans avec mon frère, notre restaurant, le Talea, sur la Grande-Allée à Québec, et c’est ce qui m'a amené sur la route des spiritueux. Je suis instantanément tombé en amour avec les alcools forts. Cela faisait un moment que je pensais à monter un club de spiritueux et c'est à ce moment que j’ai été mis en contact avec Max qui avait lui aussi l'idée d'un club de rhum. Mathieu nous a rejoint et c'est ainsi que l'aventure a débutée ! 

Rum Gazette: Comment vos chemins se sont-ils croisés ? Quand et comment l’idée de créer Québec Rhum a pris naissance ?

Max : J’avais cessé d’organiser des spectacles depuis environ 4 ans quand j’ai eu le goût de créer un projet personnel rassembleur sans que ce soit une entreprise, davantage pour le plaisir sans trop savoir ce serait quoi et l’histoire a fait le reste. J’ai eu l’idée de crée une page Facebook au départ pour que les gens partagent leurs dégustations et leurs photos de rhum, et petit à petit j’ai découvert que je n’étais pas le seul à aimer le rhum ! Je connaissais Baptiste et Mathieu mais plus par des amis communs, ils n’étaient pas des amis proches à ce moment-là. Nous nous sommes rapidement reconnus entre passionnés et nous nous sommes rencontrés par la suite pour voir le potentiel de réaliser un projet plus concret qui pourrait lier notre passion commune pour le rhum et nos talents respectifs.

Avec le recul il faut avouer qu’on forme une équipe qui se complète drôlement bien. Comme je l’expliquais précédemment, j’ai toujours aimé organiser des événements et réunir les gens. Baptiste lui avait des connaissances très large au niveau des spiritueux, de la géographie et de l’histoire. Il a toujours été un solide communicateur c’est incontestable ! Quant à Mathieu, c’est un vrai passionné, un très bon communicateur et un as du service à la clientèle. C’est lui qui ajoute la dose de fun dans l’équipe et il est très fort pour coordonner les événements du club ! Will s’est ajouté au club au cours de la 1ère année pour compléter le trio. Il est aussi un passionné de rhum et il a des super talents en graphisme et en photo ce qui est un atout pour le club !

Mat : Avant ma première rencontre avec Max, qui m’a invité à dîner pour jaser rhum, il voyait passer sur ma page Facebook beaucoup de photos de Rhum, de différentes bouteilles, de « posts » d’infos sur mes découvertes. Il m’a alors parler du projet de Québec Rhum et de Baptiste le Pirate, convaincu que nous ferions un team de feux comme il dit si souvent. Dès cette rencontre, j’étais déjà embarqué à fond dans le projet ! L’idée était alors de créer la page, d’interagir avec les membres, et étape suivante, de voir si des dégustations, l’histoire du rhum et de ses compagnies, allait attirer du monde. Nous avons fait notre première dégustation avec des amis, qui ont bien répondu à l’appel. Par la suite, nous avons vu rapidement ce que pouvait devenir Québec Rhum.

Rum Gazette: Quels étaient les buts et objectifs du départ ?

Max : Depuis la fondation du club, on désire rassembler des amis et en apprendre davantage sur le rhum dans le plaisir. Le club a progressé mais l’objectif reste le même ! On a le désir de bien faire les choses mais on le fait pour le plaisir avant tout. Le club nous apporte des contacts vraiment stimulants qui sont désormais des amis et avec qui on passe un bon moment à chaque mois ! Notre but est de démocratiser le rhum au Québec, ce n’est pas une mince affaire mais on avance.

Mat : Je crois qu’à la base, l’objectif premier était en effet de démocratiser le Rhum, de montrer qu’il y avait plus que le « Rhum and coke ». Nous voulions tous un peu avoir notre « gentlemen’s rhum club ». Pouvoir se réunir entre amis, adeptes, fans de rhum, pour déguster et en discuter ! Mais par la suite, après les premières dégustations, parler de l’histoire, des compagnies, de la fabrication, des pays, etc …s’est mis à prendre une place importante dans nos soirées. Nous aimons avoir le plus de contenu possible sur les compagnies pour comprendre d’où vient telle ou telle subtilité du Rhum goûté. Chercher un peu l’ADN du rhum dégusté !

Baptiste : L'idée était en effet de réunir les passionnés et de démocratiser la dégustation du rhum pour le sortir de son image de mixer ! L'éducation et l'information étaient pour moi les objectifs principaux ! 

Rum Gazette: En moins de 3 ans vous êtes devenus des incontournables de l’évènement rhum. Parlez-nous de vos activités ? De vos membres ?

Max : Nous créons des événements exclusifs chaque mois à Québec pour nos membres. En près de 3 ans, nous n’avons pas répété une seule fois une carte de rhum. Nous créons des regroupements avec les produits soit par marques, par pays ou par type de rhum. Les dégustations ont souvent lieu en début de semaine et à un coût abordable pour que les gens viennent découvrir car le mandat est de démocratiser le rhum le plus possible.

Nous avons réalisé plus d’une trentaine d’événements depuis la fondation du club. La majorité en salle mais aussi quelques événements spéciaux en Catamaran sur le Fleuve et des dégustations privés, des événements grands publics pour faire connaître le club ! Nous sommes très fiers d’avoirs reçus plusieurs représentants, ambassadeurs et maîtres assembleurs de distilleries comme Brugal, El Dorado, Diplomatico, Ron Aldea, Plantation, Dictador, etc..

Mat : Nos activités premières sont les dégustations de Rhum. Nous avons maintenant la chance d’avoir plusieurs compagnies qui nous supportent et ce depuis le début, dans nos activités et qui nous offrent et apportent beaucoup de nouveautés, qui nous ouvrent leur porte. Et les autres compagnies emboitent le pas ce qui est fantastique ! Nous avons aussi un volet dégustation privée dont je m’occupe depuis le début. A la demande on se déplace chez les membres, pour offrir un cours et une dégustation 101. C’est souvent beaucoup plus festif et personnalisé. Nous avons aussi créé une branche d’événements Signature. Notre plus célèbre est notre croisière dégustation sur le plus gros catamaran du Yatch Club. J’ai plein d’autres activités signature en tête ! Reste seulement à les organiser ! Des voyages chez nos voisins, à des visites de distilleries dans d’autre pays, soirées spéciales, activités personnalisées…bref le futur nous réserve que du beau !

Baptiste : Les activités se veulent ludiques, abordables pour les novices, informatives pour les passionnés et FUN!! On essaie de varier les plaisirs. Nos membres viennent de tous les milieux et les âges sont très variés. Étonnement nous touchons plus les « monsieur » et « madame » tout le monde que les professionnels du milieu. 

Rum Gazette: Où sera idéalement Québec rhum dans 5 ans ? Quels sont vos plans et projets ?

Max : Nous désirons augmenter le bassin de membres un peu, juste pour faciliter l’organisation des activités. Nous voulons nous concentrer davantage sur le contenu des activités et le développement du club. À ce titre, nous voulons continuer à être très présents à Québec. Le Saguenay est une région à proximité de Québec que nous voulons aussi développer avec notre collaborateur PO Côté en qui nous avons une entière confiance. La grande région de Montréal est aussi dans nos plans pour une présence ponctuelle pour des événements.

Nous collaborons de plus en plus avec les agences qui représentent les rhums distribués sur le marché Québécois et nous espérons continuer à la faire afin de promouvoir leurs produits directement à la clientèle, et ce, dans un esprit « Win Win », pour que tous y gagnent. Merci d’ailleurs à celles-ci qui nous permettent de réaliser nos activités et à assumer une partie de nos frais d’opération.

Mat : Évidement devenir la référence rhum du Québec, mais peut-être un peu plus! J’aimerais bien sur réaliser beaucoup de mes projets Signature ! Avoir des ambassadeurs et filiales de Québec Rhum un peu partout en province ! Nous avons fait quelques dégustations à Saguenay et à Montréal, où nous devons être et seront beaucoup plus présents dans un futur rapproché ! La Métropole sera un pôle important de l’expansion de Québec Rhum ! De plus, j’aimerais bien sur avoir notre propre Rhum « Québec Rhum « sur les tablettes de la SAQ ! Nous regardons présentement quelques options ! Il faut continuer à propager, faire découvrir, démocratiser le Rhum à tous ! N’oublions pas nos racines !!

Baptiste :  Personnellement je nous vois avec une plus grande présence internationale, peut être un rhum au nom du club et pourquoi pas un festival ! 

Vous pouvez suivre les aventures des pirates de Québec Rhum sur leur page Facebook et sur leur site web !

Québec Rhum - Club de dégustation de rhums du Québec

https://m.facebook.com/quebecrhum/

 

A propos de l'auteur



Annie Des Groseilliers, correspondante en Amérique du Nord

Correspondante pour RumGazette sur le territoire Nord-américain et passionnée de vin et de rhum.

Commentaire sur cet article